• CAT'S EYES

    CAT'S EYES réalisé par LEWIS TEAGUE

                 avec : DREW BARRYMORE, JAMES WOODS, ALAN KING, KENNETH McMILLIAN, ROBERT HAYS, CANDY CLARK

                                                                                                     scénario : STEPHEN KING

                                                                                                    musique : ALAN SILVESTRI

                                                                                               effets visuels : BARRY NOLAN

                                                                                                                    USA 1985

    l'histoire : Trois histoires dont le point commun est un chat errant qui a des visions d'une petite fille l'appelant au secours.

    • Un homme qui a décidé d'arrêter de fumer et qui s'inscrit pour cela dans une clinique spécialisée, avec des méthodes plutôt... radicales.
    • Un joueur de tennis rattrapé par le mari de sa maîtresse, un gangster d'Atlantic City, et contraint, pour sauver sa peau, de faire le tour d'un immeuble en marchant sur la corniche.
    • Une petite fille est terrorisée par un lutin nocturne sanguinaire. Son chat baptisé "General", tente de la protéger du mieux qu'il peut malgré l'incrédulité des parents de la fillette, désireux de se débarrasser de lui à tout prix.

    CAT'S EYES

    le monstre qui hante les nuits d'amanda

    CAT'S EYES

    cressner (KENNETH McMILLIAN) tient sa vengeance

    CAT'S EYES

    pas vu, pas pris !!

    CAT'S EYES

    johnny norris (ROBERT HAYES) amant de la femme de cressner, contraint au pire des chantage

    CAT'S EYES

    dick (JAMES WOODS) voit sa femme se faire torturer a cause de son accoutumance a la cigarette

    CAT'S EYES

    amanda (DREW BARRYMORE) seule a croire au monstre dans sa chambre

    CAT'S EYES

    le chat nommé général protège amanda du monstre

    CAT'S EYES

    MA CRITIQUE : ce film a sketches (3 au total) nous apprend une chose, il vaut mieux lire les nouvelles de STEPHEN KING que de les voirs (sauf exception CHRISTINE, DEAD ZONE, SHINNING), trois sketches inégaux ou seul le deuxième segment vaut le détour THE LEDGE est donc la meilleure histoire ou un amant est contraint de marcher sur une corniche d'un building et dans faire le tour sous la contrainte du mari cocu.....vu dans une VF exécrable, après un prologue qui situe bien l'univers de S.KING (un st bernard poursuit un chat CUJO donc et qui croise une plymouth CHRISTINE ) un premier jet ou l'histoire est d'une banalité déconcertante avec une JAMES WOODS en manque de motivation, passont a la troisième histoires écrite spécialement pour le film, la toute jeune DREW BARRYMORE y interprète une enfant perturbé par un petit monstre qui a élu domicile dans sa chambre, histoire rabaché mille fois, sans grand interet d'autant que le doublage VF de la pauvre petite fille donne envie d'être sourd, seul le petit monstre fait illusion.....une déception et très loin de CREEPSHOW qui restera une référence !!!

    A NOTER : contre l'avis de LEWIS TEAGUE, la production a coupé le prologue montrant les motivations du chat................dans THE LEDGE, cressner feuillette une magazine le PENTHOUSE de juillet 1976 ou l'histoire fut publié..................hormis les références du prologue, JAMES WOODS regarde DEAD ZONE a la TV et s'écrit "qui a écrit cette merde".....................la mère d'amanda lit dans son lit un livre de S.KING "PET SEMETARY"..................S.KING a écrit le script de la troisième histoire pour DREW BARRYMORE en raison de sa performance dans FIRESTARTER ...............la chanson du groupe POLICE "EVERY BREATH YOU TAKE" est entendu dans le troiseme segment.

    MA NOTE : 5,5/10

    CAT'S EYES

    « RESISTANCETHE DEAD ROOM »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :