• LE NOMBRE 23

    LE NOMBRE 23 (the number 23) réalisé par JOEL SCHUMACHER

          avec : JIM CARREY, VIRGINIA MADSEN, LOGAN LERMAN, DANNY HUSTON, RHONA MITRA, LYNN COLLINS, PAUL BUTCHER

                                                                                               scénario : FERNLEY PHILLIPS

                                                                                     musique : HARRY-GREGSON WILLIAMS

                                                                                                                      USA 2007

    l'histoire : Walter, un contrôleur animalier mène une vie tranquille avec sa femme pâtissière Agatha et leur fils Robin.

    Pour son anniversaire, Agatha offre à Walter un livre qui détaille l'obsession meurtrière de l'étrange détective Fingerling (Petitou en VF) pour le nombre 23.

    Peu à peu, l'univers du livre envahit son quotidien et il s'identifie au mystérieux auteur du livre. Cette identification tourne à l'obsession et Walter se lance alors dans une quête de cet auteur qui le fascine et avec qui il semble avoir tant de points communs, notamment le pouvoir du nombre 23 sur leur vie.

    Le nombre 23 est présent à de nombreuses reprises dans ce film (date, page de livre, code de couleurs). Par exemple, l'élément déclencheur de la folie de Walter est la rencontre avec un chien nommé Ned : en ajoutant la place de chacune des trois lettres dans l'alphabet (N : 14, E : 5, D : 4), cela donne le nombre 23.

    LE NOMBRE 23

    les cauchemars sont récurrents !!!

    LE NOMBRE 23

    le jour ou tout a basculé, agatha sparrow (VIRGINIA MADSEN) offre un livre a son mari pour son anniversaire !!!

    LE NOMBRE 23

    un chiffre qui va le poursuivre !!!

    LE NOMBRE 23

    une brune pulpeuse hante l'esprit de walter sparrow elle a les traits de VIRGINIA MADSEN

    LE NOMBRE 23

    walter sparrow fait d'étranges découvertes

    LE NOMBRE 23

    walter sparrow  découvre le 23 ème chapitres écrit sur un mur d'une chambre d'hotel

    LE NOMBRE 23

    le fameux livre qui va obsédé walter sparrow (JIM CARREY)

    LE NOMBRE 23

    MA CRITIQUE : j'ai d'abord pensé a moi-même pour ce film, moi qui suis née un 23 mars mais on peu extrapoler tant que l'on veut avec les chiffres nous tomberons un jour ou l'autre sur le nombre 23 ou le fameux 666.......pour JOEL SCHUMACHER il est également question d'équation dans ce film, réalisateur capable du meilleur (GENERATION PERDUE, CHUTE LIBRE, TIGERLAND) comme du pire (LE FANTOME DE L'OPERA, BATMAN FOREVER et BATMAN et ROBIN) mais chez SCHUMACHER la réalisation prime toujours sur le scénario souvent indigent.....c'est exatement la cas pour THE NUMBER 23, l'interprétation étant aussi mis en cause, JIM CARREY très bon acteur au demeurant n'est pas a sa place on le sent limiter pour le role et VIRGINIA MADSEN toute pulpeuse qu'elle est, donne une réplique plutot fade a CARREY.......une première partie trop longue et peu interressante ou l'on pense encore une fois se diriger vers un film fantastique des plus banals mais sur la deuxième partie c'est une tout autre direction qui nous mène vers un thriller sans charme avec une fin très académique, un film très moyen comme nous a habitué JOEL SCHUMACHER !!! 

    A NOTER : JIM CARREY affirme avoir été obsédé par le numéro 23 durant loe tournage sa société s'appele JC 23 entertainment, son père était comptable et a joué du saxcophone comme le personnage du film..............JIM CARREY a été payé 23 millions de $ pour ce film !!!!...................c'est aussi le 23 ème projet de J.SCHUMACHER....................le DVD contient 23 chapitres.

    MA NOTE : 5/10

    LE NOMBRE 23

    attention scènes coupées et fin alternative !!!!

    « CRIMSON PEAKBONE TOMAHAWK »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

  • Commentaires

    1
    Mardi 16 Février 2016 à 13:51

    Un film intrigant, pas totalement convaincant, sur une obsession numérique/ésotérique partagée par un certain William Burroughs (!), qui dévie vers une crise identitaire à base de culpabilité, mais on pardonnera (toujours) beaucoup à Virginia Madsen, surtout dans son double rôle façon Sueurs froides

      • Mardi 16 Février 2016 à 17:10

        ou DOPPELGANGER en moins connue  mais VIRGINIA hummmmmmmmm

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :